Bienvenue sur le site
du Secteur de santé mentale de Saint Lô

50 G 04

histoire et projets du secteur

organigrammes des structures du secteur

coordonnées des structures du secteur

la vie du secteur

informations sur les associations du secteur

informez-vous sur l'association

visitez le site de l'association

informez-vous sur l'Association Calville

visiter le site du Groupement

informez-vous sur l'association Waaldè

informez-vous sur l'Association Harmonia-Bon Sauveur

informez-vous sur le CHS du Bon Sauveur de Saint Lô

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Informations du secteur

 

martin.jpg (219046 octets)

Micheline Martin (1934 - 1985)

Après une scolarité brillante et studieuse, Micheline Martin obtient le baccalauréat en 1952.

Elle entreprend alors des études de médecine et sera nommée au concours de l'internat en 1959 où elle s'oriente vers une formation neurologique et psychiatrique et une licence de psychologie qu'elle obtiendra en 1961. En 1963, devant le Professeur Jean Delay, elle soutient sa thèse intitulée "Etude étiologique, clinique et pronostique de la mélancolie d'involution chez la femme".

Son parcours hospitalo-universitaire, exemplaire, se poursuit : Maitre-assistante en 1965, Médecin des Hôpitaux, Maître de Conférence Agrégée en mai 1966. Elle opte alors pour la neuro-psychiatrie, dans le service du Professeur André Buge, au sein du Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière. De 1966 à 1975, devenue Agrégée dans un service comprenant plus de 150 lits, elle s'occuppe surtout des patients psychiatriques, principalement d'une salle commune pour une cinquantaine de patientes dont les durées d'hospitalisation se racourcissent.

Elle suit les cours d'Henri Ey à Sainte-Anne, rencontre la psychanalyse et choisit, en octobre 1970, de demander sa mutation dans le corps des Psychiatres des Hôpitaux car "ma formation personnelle et mes affinités sont avant tout psychiatriques".

En 1975, au nom de l’Association de Santé Mentale du XIIIème arrondissement  de Paris, Le Professeur Serge Lebovici lui propose d'intégrer l'équipe médicale de ce secteur pionnier de la sectorisation psychiatrique. Malgré son appréhension, et la difficulté de la succession proposée, il s'agissait de celle de Philippe Paumelle décédé peu avant et toujours très présent, elle prend ses fonctions de chef de service le 1er août 1975. Elle les exercera pendant 10 ans, laissant à l'Eau Vive une trace profonde et très personnelle tant auprès de ses collaborateurs que des soignants et, surtout, de ses patients.

Chaleureuse, accueillante, fidèle, profondément humaine, elle tenait au confort des patients, ne ménageant pas sa peine pour obtenir que les salles soient harmonieusement décorées, que les services ne soient pas trop remplis, que les sanitaires soient en état, que le pavillon fermé dont elle avait la charge n'ait aucun caractère carcéral. Attentive aux soignants, quels que soient leurs rôles, elles les aidaient à trouver en eux le meilleur d'eux-mêmes, utilisant les compétences de chacun et manifestant un grand respect de leurs différences. A l'écoute, accessible, sans dogmatisme, elle a été une excellente formatrice et insistait sur l'importance de la réfléxion clinique et théorique.

Micheline Martin transmettait, outre le savoir psychiatrique -elle se montrait sur ce plan très rigoureuse-, le respect du patient.

D'une grande droiture, d'une grande honnêteté intellectuelle, son éthique la rendait exigente pour elle-même et pour les autres. Déterminée et rassurante dans sa vie professionnelle, elle ne se dérobait pas aux situations difficiles mais savait aussi déléguer.

Malade, se sachant condamnée, elle a continué à assurer sa vie professionnelle, sa vie amicale et culturelle, quel que fût son état du moment, jusqu'à sa dernière hospitalisation.

Comme le Docteur Georges Daumezon l’a été pour le Dr Michel Guibert, Madame le Professeur Agrégé Micheline Martin a été l’un des maîtres du Docteur P. Alary.

C’est auprès d'elle qu'il a effectué son premier et son dernier stages d’externe, en 1973 à la Salpêtrière et en 1976 au Pavillon 7, à l’Hôpital L'Eau Vive de Soisy-sur-Seine.

Il a souhaité donner son nom à la nouvelle Unité d'Acceuil, d'Evaluation et d'Orientation du secteur de Saint Lô en témoignage de sa gratitude pour son enseignement, son ouverture d’esprit, son humanité et pour la remercier de la confiance qu’elle lui a manifesté dès son premier stage.

Il existait chez Micheline Martin un équilibre rare entre sérieux et enthousiasme, distinction et simplicité, certitude et doute.

"Elle dit qu'à être soi-même, le meilleur est donné à tous... C'est la différence qui fait la rencontre. Elle nous laisse dans cet espace pour en faire ce qu'on voudra. C'est notre histoire : de l'instant, invisible et inquiet, elle se déploie dans le temps comme notre respiration..." Augustin Jeanneau

 

 

Source : texte d'hommage de Annette Fréjaville (septembre 1985)

Merci à François Mousson, infirmier général à l'Eau Vive et qui fût son surveillant pour son aide iconographique et documentaire

 

 

 

 

 

 

 

 

©opyright 2002 : Secteur de Santé Mentale de Saint-Lô - Webdesign : Magicjul